Compteur

LE MONDE

4 octobre 2018 - Quelle place et quelle liberté pour le citoyen lambda ?

Sur la route, il sera surveillé constamment par les radars embarqués, mobiles, fixes, mais tous sournois,
Dans les rues, il sera aussi surveillé de près par les caméras et autres moyens sophistiqués, etc…
Dans ses communications téléphoniques, il sera épié en permanence non seulement par les cellules de l'Etat, mais aussi par toutes sortes de plateformes qui sauront quels sont ses goûts, ses envies, son type de vie, au fur et à mesure de sa navigation sur son écran, etc…
Dans son intimité, par l'inscription sur sa carte vitale de ses insuffisances physiques ou psychiques, par un mouchardage de l'ensemble des traitements qu'il peut avoir, que ceux-ci soient uniquement de confort ou nécessaires, etc…
Dans sa cuisine et son intérieur, car le compteur « intelligent » Linky va enfin connaître ses heures de repas, le temps passé sous la douche, etc…
Dans ses loisirs mais aussi dans toute sa vie quotidienne puisque chaque dépense réalisée par l'intermédiaire d'une banque sera automatiquement sériée et analysée, etc…
Même dans son magasin d'alimentation et de fournitures du quotidien puisque ses achats sont ciblés, classés, analysés, et seront suivies de démarchages par voie téléphonique, etc…
Même ses économies seront contrôlées et s'il recherche un placement moins désavantageux (plus avantageux n'existe pas pour lambda), il devra indiquer l'origine de ses misérables 500 ou 1000 euros…car depuis Cahuzac, on se méfie du prolo capable d'imiter le notable insoupçonnable, etc…
Même sa voiture est suivie à la trace et on sait qu'il est allé tel jour à telle heure à tel endroit, qu'il a quitté son domicile ou y est revenu à telle heure…
On saura même en épluchant sa carte de fidélité de son magasin préféré, le nombre, la marque, la qualité, la couleur des rouleaux de papier wc qu'il utilise....
C'est pas beau la liberté ? Mais sur les trottoirs, il devra faire place aux trottinettes et autres planches, rollers, etc… Une vraie vie de chien ! Et encore, le chien n'utilise pas un smartphone !

7 septembre 2018 - Futilités coûteuses pour l'Etat du nouveau monde

  • En 1885,  le cortège funèbre de Victor Hugo emprunte les Champs devant une foule immense.
  • En 1944, De Gaulle descend les Champs au milieu d'une foule enfin délivrée et heureuse.
Mais c'était l'ancien monde

  • En décembre 2017, c'est la dépouille de Johnny Halliday, un chanteur, qui descend les Champs et sera accueillie par le Président de la République Macron! Excusez du peu!
Duportal ne pouvait s'empêcher de penser que l'homme qui reposait dans ce cercueil n'avait pourtant pas été un exemple pour la jeunesse: drogue, alcool, et autres bagarres, avaient été son pain quotidien. On passe sur sa vie sentimentale car après tout seuls les draps s'en souviennent. Mais de là à bloquer les Champs pour des funérailles quasi nationales!
Sans oublier que depuis ce décès, il serait intéressant de connaître le coût des moyens mis en oeuvre par la  Justice  pour un taulier qui, en fait, s'estimait "Etats-Uniens" pour les impôts mais "Français" pour les honneurs et le gagne-pain.
Certes, la foule était là, mais faut-il que l'Etat participe - à ce niveau - aux défoulements primaires avec concert de motos, mobilisation des chaînes publiques,etc...
  • En juillet 2018, la descente des Champs au pas de course par le car de l'équipe de France, championne du monde de foot-ball. Cela devient un peu une habitude et çà semble ravir le bon peuple?
C'est assez puéril et cette descente rondement menée grâce à l'efficacité du sbire de Macron, le roi de la châtaigne Benalla, a été coûteuse : 20 minutes mais des heures de mobilisation des cars de CRS, policiers, etc...sans compter la gêne pour tous ceux qui travaillent et ne jouent pas forcément au ballon.
La remise de la Légion d'Honneur à tous ces champions y compris ceux qui ont joué 10 minutes sur le terrain, doit mettre en rogne les vieux Résistants qui ont été décorés à l'âge de 90 ans bien sonnés, souvent après plusieurs années de risque personnel dans des actes au cours de la Résistance.
On pourrait ajouter la mascarade du 14 juillet qui permet à un fêlé et dangereux psychopathe d'être présent au traditionnel défilé, nous voulons nommer l'ineffable Trump...
Mais c'est le nouveau monde : Gala, Voici, l'Equipe, France-Football, etc..., c'est quand même ce qui fait désormais le fond de culture de la France adulant Brigitte et Manu; exit La Légende des Siècles,  en route vers les Châtiments.


7 septembre 2018 - La bien pensance s'acharne : Gérard Depardieu

On connaît le personnage : génial et incontrôlable.
Alors, pourquoi ces constantes attaques contre lui qui ne manque, de ce fait, et conforme à ce qu'il est, d'en rajouter?
Aujourd'hui, l'actrice qui n'a pas été violée devient une exception. Un peu de sérieux !
Dans ces milieux, sans doute encore plus que dans les milieux de la vie quotidienne, le risque d'abus de pouvoir sous de nombreuses formes est évidemment très présent.
Mais certaines dénonciations laissent pantois. Il en est ainsi notamment de celle portée à l'encontre de Gérard Depardieu.
On voit là une « actrice » qui aurait rencontré deux fois Depardieu à son domicile, à huit jours d'intervalle. Elle aurait été violée les deux fois.
On peut s'interroger : violée la première fois, elle y retourne ??
Il y a des choses difficiles à avaler ! Et ce qui est proprement inacceptable, c'est le fait de donner en pâture le nom du présumé coupable cependant que la présumée victime reste anonyme
D'ailleurs, cette façon de faire est constante : tout individu un peu connu présumé coupable de faits contestables voit son nom dévoilé publiquement. Par contre, un individu lambda présumé coupable, même de faits très graves (terrorisme par exemple)  sera désigné par les seules initiales de ses nom et prénom…
Cette façon de procéder est générale : au niveau national pour les individus connus à ce niveau ; au niveau régional ou départemental pour les individus dont la notoriété reste dans ces limites (ainsi, Mathilde Seigner dépassant les limites un soir…Et alors ? qui n'est pas faillible à la fin d'une soirée ! ou encore le fils d'une personnalité politique qui commet un délit…Cette personnalité n'est-elle pas déjà fortement traumatisée?)
Les dégâts psychologiques pour l'individu ainsi jeté en pâture, et surtout  pour ses proches (enfants, conjoint, parents) sont souvent considérables et les « journalistes » ou plutôt « pisse-copie » souvent en mal de notoriété et se retranchant derrière leur statut poursuivent allègrement leur sale boulot.
Entre relater des faits démontrés, certains, patents, et publier des « informations » non vérifiées ou ne pouvant être considérées comme fiables tant qu'une décision de justice n'est pas rendue, l'impact dans le public n'est pas du tout le même.
Si la police ou la justice donne publiquement les informations, c'est différent.
Mais lorsque les sources ne sont pas indiquées clairement, ce qui est généralement le cas, cela s'apparente aux informations anonymes dont raffolaient les sbires de Vichy.
Certaines feuilles de choux devraient plutôt s'appeler « Je suis partout ». Et ces journaleux sévissent surtout au niveau des villes de province ou sur des sites internet incontrôlés.

La position est différente lorsqu'il s'agit d'individus qui « pêchent » dans leur mission publique : par exemple, un ministre qui abuse des fonds publics ; un ministre de l'Intérieur qui roule en état d'ébriété, etc... Mais s'il s'agit d'un banal fait de droit commun, laissons la justice faire son boulot.

Toujours Gérard Depardieu
Polémique parce qu'il interprète un personnage qui lutta contre la France coloniale : il s'agit de Hadj Ahmed bey, bey de Constantine, qui s'opposa aux troupes françaises lors de la conquête de l'Algérie de 1830 à 1848.
Depuis quand un acteur ne peut-il interpréter que des rôles de personnages français ou amis de la France ?  Par contre, il peut jouer Pétain ou Laval ? Ces derniers étaient des salauds et traîtres à la France, alors qu'Ahmed bey défendait son pays et devait donc être plus honorable, en tout cas pour son action politique.
Dans le même ordre d'idée, aucun acteur ne devrait interpréter le rôle d'un mauvais garçon, sous prétexte que seule la morale doit l'emporter?
Ce pays devient malade de bien-pensance : Une overdose ! On parle des lobbies qui pèsent excessivement dans la vie économique, mais les ONG, les associations de défense de ceci ou cela, sont aussi des lobbies, et portent aussi atteinte aux droits des citoyens qui se contentent de travailler, payer leurs impôts, voter lorsqu'ils peuvent le faire.
Aujourd'hui, tout individu qui entend critiquer l'Europe, rappeler le rôle néfaste de l'Eglise dans la colonisation, ou est pour un arrêt de l'immigration, ou encore est pour une large autonomie de la Corse, ou encore pour l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, ou encore pour l'interdiction du voile dans les Universités,
Enfin, qui, sur n'importe quel sujet, n'est pas dans l'air du temps, est critiqué, interdit de grande antenne, et même mis à l'index pour ne pas dire qu'il est considéré comme ayant une santé psychique vacillante. 
Aujourd'hui, défendre certaines positions conduit son porteur à être marqué au fer rouge : c'est un populiste inculte et infréquentable. Alors où risque-t-il d'aller ? C'est là qu'est le danger. L'ostracisme dont il est victime le conduit à rejoindre des troupes où la réflexion est quasi inexistante  derrière la parole du chef.

Que les minorités s'expriment, que les idées minoritaires aient des relais, tout ceci est normal. Mais que ces idées ou groupes minoritaires aient une telle place dans l'espace public et notamment au niveau décisionnel au détriment de la majorité silencieuse devient insupportable.